Legislation et addiction aux jeux d’argent

Les jeux d’argent constituent un univers vaste et accessible à tous. Néanmoins, il n’en demeure pas moins un secteur réglementé.

Chaque pays avec ses lois spécifiques

Dans chaque pays, le secteur des jeux d’argent reste sous le contrôle et le monopole du gouvernement. C’est d’ailleurs le cas dans plusieurs pays européens. S’agissant des paris sur les courses de chevaux du secteur particulier, il bénéficie le plus souvent d’un accord de l’état. Les particuliers et opérateurs gèrent à leur tour un vaste réseau pour la distribution des produits de jeux. Ainsi, ces pays ont la possibilité de limiter le nombre d’opérateurs ce qui diminue les risques de fraudes.

Des restrictions sur les joueurs et certains jeux sont prévues pour la lutte contre la dépendance. Seuls les opérateurs licenciés ont le droit de faire participer des joueurs nationaux et internationaux. C’est le cas de la France. Par contre, des pays comme les Pays-Bas interdisent qu’une personne joue s’il ne détient pas un compte bancaire néerlandais.

S’agissant de la lutte contre l’addiction de ces jeux, chaque pays met en place des politiques d’encadrement pour protéger des joueurs. Cette lutte se poursuit aussi sur plusieurs volets. Il s’agit entre autres de protéger les joueurs mineurs, limiter l’offre de jeux et suivre les joueurs déjà dépendants.

Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Klaush Schwab
Klaush Schwab
Klaus Schwab est un ingénieur et économiste allemand né le 30 mars 1938 à Ravensbourg en Allemagne. Il fonde en 1971 le Symposium européen du management1, organisé à Davos en Suisse, qui devient en 1987 le Forum économique mondial2.
Être informé des dernières actus